Joanna Zjawinska (1950)

 Joanna Zjawinska naît en 1950 en Pologne. Comme beaucoup d'artiste, elle commence à s'intéresser à l'art très jeune et dessine dès l'âge de six ans. Pourtant elle se tourne vers l'architecture et s'inscrit à l'École d'Architecture de Varsovie. Ça n'est qu'après avoir obtenu son diplôme en 1972 qu'elle suit les cours de l'Académie des Beaux-arts de Varsovie. Elle y étudie le dessin, l'aquarelle et l'huile. Mariée et mère d'une petite fille, elle part pour San Francisco en 1979 où elle commence une belle carrière de peintre. Inspirée par des artistes tels que Jan Vermeer, Edgar Degas ou John Singer Sargent, son univers artistique est empreint d'élégance, voire d'extrême sophistication. Les femmes qu'elle peint prennent la pose dans des lieux un peu flous, préservés et délicats où la rudesse du monde extérieur n'a pas place. Une grande rêveuse assurément. Voir son site ici
  
Secret Garden (2007), Joanna Zjawinska

Private Dancer (2006), Joanna Zjawinska

I Just Wish He Is European (2010), Joanna Zjawinska

America is a Vast Conspiracy to Make you Feel Happy (2009), Joanna Zjawinska
Butterfly Mornings (2007), Joanna Zjawinska
Don't you Come Messing with my World (2008, Joanna Zjawinska

3 commentaires:

  1. Site vu.
    De la gravité dans le rêve !
    Bonne semaine.
    Bises ensoleillées , enfin.
    M

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Myrtille,

    Je verrais bien ces toiles dans de grandes demeures américaines impersonnelles et un peu kitsch : les figures interchangeables paraissent se fondre dans des décors totalement factices: je reste dubitatif.....Je n'adhère pas et en même temps je suis interpelé : manque de profondeur peut-être....
    Bel et doux été. E.2

    RépondreSupprimer
  3. cher Mitch,
    c'est vrai que toutes ces femmes n'ont pas l'air de rigoler tous les jours. Soucis existentiels, problèmes de rides? Va savoir...L'artiste a capté cet instant grave, peut-être qu'une seconde plus tard elles éclatent de rire. C'est du moins ce que je leur souhaite.
    Je t'embrasse

    Cher E.2,
    comme toi, je n'adhère pas, je dirais même que je glisse un max dessus. Cette artiste doit être un joli papillon qui folâtre à la surface des choses. Fragile, apeurée, révulsée par le monde qui l'entoure.
    Nous le sommes tous, mais certains se lancent dans la révolte, tandis que d'autres se réfugient dans le dénie. Qui peut juger?
    Eté velouté...
    Myrtille

    RépondreSupprimer