Anne Vallayer Coster (1744-1818)


Anne Vallayer Coster naît en 1744 à Paris où son père est orfèvre à la Cour Royale. Jusqu'en 1754, la famille réside à la Manufacture Royale des tapisseries des Gobelins. Elle suit les cours de Madeleine Basseporte et de Joseph Vernet. En 1770 elle est admise à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture, chose très rare pour une femme à l'époque. Non seulement, mais pour son projet scolaire "Les Attributs des Arts" (peint en 1769 et aujourd'hui au Louvre) elle choisit de représenter le plâtre d'un nu masculin, ce qui s'avère en soi un acte de revendication égalitaire puisque les femmes, interdites de nus masculins, donc de peintures historiques, se trouvent écartées de ce genre par excellence à l'époque. Par ce geste elle en réclame l'accès. En 1781 elle épouse Jean-Pierre-Sylvestre Coster. C'est la reine, Marie-Antoinette elle-même (sa protectrice) qui signe le contrat de mariage. En 1789, lasse d'être sans cesse comparée à d'autres grandes femmes peintres de son époque, elle abandonne définitivement le portrait pour se consacrer à la nature morte. Elle meurt à Paris en 1818.
Portrait of an Elderly Lady with her Daughter, Anne Vallayer Coster
Portrait of an Elderly Lady with her Daughter, Anne Vallayer Coster
Madame de saint-Huberty dans le rôle de Dido (1785), Anne Vallayer Coster
Madame de saint-Huberty dans le rôle de Dido (1785), Anne Vallayer Coster
Portrait de Marie Antoinette (1780), Anne Vallayer Coster
Portrait de Marie Antoinette (1780), Anne Vallayer Coster
Portrait de Marie Adélaïde de France (1780), Anne Vallayer Coster
Portrait de Marie Adélaïde de France (1780), Anne Vallayer Coster

2 commentaires:

  1. Ben... j'aime bien. Ce côté léché... bon... comme souvent tu le dis, je ne mettrais pas un de ces tableaux au dessus de mon lit.
    Bises et bonne semaine
    Mitch'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus ça va, plus je me rends compte combien, avant, les artistes n'étaient pas libres de leur choix. Tout était rigide et classifié.
      Je me demande parfois ce qu'auraient peint aujourd'hui tous ces artistes contraints et esclaves d'un système tellement lourd et contraignant.
      Peut-être, "là-haut", continuent-t-ils leur vie d'artiste, et alors là.....à l'heure dite, quand on y sera aussi,ce sera un vrai festival visuel!!
      Remarque rien ne presse.
      Mille bisous

      Supprimer