Adélaïde Eliza Ironside (1831-1867)


Adélaïde Eliza Scott Ironside naît en 1831 à Sydney en Australie. Elle est le seul enfant survivant de James et Martha Ironside. Instruite par sa mère, elle apprend l'écriture et se met à rédiger des textes et à composer des poèmes patriotiques pour la presse de Sydney. Mais l'art l’intéresse plus que tout. En 1855 à la suggestion du révérend John Lang, elle et sa mère embarquent pour l'Europe où Adélaïde a l'intention d'apprendre la peinture. Munie d'une lettre d'introduction, elle débarque à Londres où le peintre John Ruskin montre beaucoup d'intérêt pour son travail. C'est à Rome qu'elle choisit de s'installer pour étudier la peinture, et elle ne ménage pas ses efforts pour y parvenir. Quoique parfois un peu raide, son art n'en est pas moins d'une grande sensibilité teinté d'un soupçon de préraphaélisme. Sa peinture plaît. Ses admirateurs sont le Prince de Galles, William Wentworth, le pape Pie IX, de qui elle reçoit l'autorisation de copier les œuvres des collections papales et étudier la fresque de Pérouse. En 1862 elle expose deux œuvres à la " New South Walls Court of London ". Elle meurt à Rome en 1867 emportée par une tuberculose. 

Figure With Sheaf of Wheat (1953), Adelaide Ironside

Mariage à Cana en Galilée (1861), Adelaide Ironside

A Dream, Adelaide Ironside

Sainte Catherine (1859), Adelaide Ironside

2 commentaires:

  1. Salut chère Myrtille .
    Décédée à 36 ans , bien jeune quand même , d'où le tableau, je suppose, de "Dream " se sachant sur le chemin de la mort !
    Je te bise bien fort par ce dimanche légèrement frisquet.
    Mitch'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mitch,
      oui, en 1867 une telle maladie ne pardonnait pas. Qui sait ce que cette talentueuse artiste nous aurait encore concocté? C'est toujours une question que je me pose.
      J'espère que tu te portes bien. Bisous

      Supprimer