Anh Duong (1960)

Anh Duong naît en 1960 en France (Bordeaux) d'une mère espagnole et d'un père vietnamien. Après des études d'architecture à l'école des Beaux-arts et à l'Académie de danse Franchetti à Paris, elle devient en 1983 mannequin et entame une carrière internationale. En 1988 elle s'installe à New York où elle rencontre Julian Schnabel qui l'initie à la peinture. En 1990, elle a sa 1ère exposition solo à New-York. Elle expose ensuite en Allemagne, au Japon, en Belgique, en France. Anh Duong est également actrice, elle joue dans divers films dont le dernier en date est "Love me" de Laetitia Masson sorti en 2000 où elle tient le second rôle. Elle vit et travaille à New-York. Voir son site ici.

La Mariée Mise à Nu par les Célibataires (2001), Anh Dong
Le Genoux Bleu (1998), Anh Duong
Fragment d'une Lettre qu'on n'Enverra Jamais (1997), Anh Duong
C'Est Extra, Août (1996), Anh Duong
In The Solitude of the Boudoir (2009), Anh Duong
Il a Repassé Ma Jupe (2004), Anh Duong

3 commentaires:

  1. Fascinants auto-portraits où le regard du peintre ne lâche jamais celui du voyeur,
    enlacés dans une double interrogation

    RépondreSupprimer
  2. je serai étonné de savoir ce qu'elle pensait de son metier de mannequin ou bien aujourd'hui de celui d'actrice;Comme l'a dit Alterdom, il y a un coté voyeuriste qui me rend un peu mal à l'aise.Merci pour cette nouvelle découverte

    RépondreSupprimer
  3. Et bien c’est exactement ce que je reproche à l’art aujourd’hui, son côté voyeuriste, glauque, choquant. Le sujet compte plus que la façon dont un artiste peut interpréter le simple quotidien. Aujourd’hui il faut en mettre "plein la vue", quitte à en être inesthétique. Le maître mot : choquer. Il faut sortir la tête de l’eau, à tout prix, être remarqué pour parfois simplement survivre.
    Au rayon des curiosités, moi, je serais curieuse de savoir combien d’artistes contemporains seraient capables de réaliser de façon aussi magistrale un tableau aussi simple qu’une chaise, comme l’a fait Vincent Van Gogh, par exemple.
    Peu, j’en ai bien peur.
    Vanité des choses et de l’esprit (comme dirait Picasso)

    RépondreSupprimer