Bouquet de mains à Gua Masri II

Tout et rien a été dit à propos de l’art et des femmes, les écrits sur le sujet s’intéressant la plupart du temps plus aux œuvres qu’aux artistes.
Pourtant le sujet est là.
Les femmes sont des femmes, elles ne sont pas des hommes. Leur art est donc à l’image de ce qu'elles sont, différent. C’est le dénie de cette différence qui a toujours placé l’art féminin dans des territoires artistiques particuliers balisés par des spécificités "féminines", souvent minorisées, voire dévalorisées ou même franchement méprisées. Aujourd’hui encore les oeuvres créées par des femmes ne sont guère qu’un "genre" dans le grand monde de l’art au masculin.
C’est comme ça…
Mais qu’importe, le principal est qu'elles ont toujours été là, et ceci depuis le début.
Maintenant partons pour la grotte de Gua Masri II à Bornéo, il y a 30.000 ans. Une récente identification sexuelle des empreintes de mains du panneau de la grotte a révélé que celui-ci comprenait aussi bien des empreintes d’hommes que des empreintes de femmes. Ces analyses ont également montré que le choix sexuel des empreintes avait été délibérément différencié. De là à penser que les femmes aient joué un rôle bien plus important qu’on ne pense dans l’organisation sociale de l’époque, je ne boude pas mon plaisir!
!

1 commentaire:

  1. à mon avis, il y a un biais dans cette étude utilisant l'indice de Manning : les humains pré pubères ont la même particularité que les femmes, avec index et annulaire de longueur identique...Par ailleurs des empreintes de pas d'enfants ont été trouvées sur le sol des grottes...
    dr JP Duhard (auteur de "Réalisme de l'image féminine paléolithique" et "Réalisme de l'image masculine paléolithique"

    RépondreSupprimer