Pegeen Vail Guggeheim (1925-1967)


Pegeen Vail Guggenheim naît en Suisse en 1925. Fille de Peggy Guggenhein (l'une des plus grandes collectionneuses et mécènes de l'histoire de l'art), elle grandit dans un environnement familial très ouvert sur l'art. La proximité d'avec son beau-père, Max Ernst, les rencontres avec des artistes comme Yves Tanguy, son mariage avec le peintre Jean Hélion en 1946, avec qui elle aura 3 enfants, et plus tard avec Ralph Rumney en 1958 expliquent bien évidemment son parcours. Elle expose à New York, Londres, Paris, Milan. Elle décède brusquement en 1967 à l'âge de 41 ans.

(pas d'information), Pegeen Vail Guggenheim
(pas d'information), Pegeen Vail Guggenheim
(pas d'information), Pegeen Vail Guggenheim
At The Seaside (1950), Pegeen Vail Guggeheim
Girls in a Room (1964), Pegeen Vail Guggenheim
Sans titre (1957), Pegeen Guggenheim
Sans Titre (1963), Pegeen Vail Guggenheim
The Sunshade (1960s), Pegeen Vail Guggenheim

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. J'ai des relations mondaines,
      J'ai des relations.
      Je connais la baronne du Maine,
      Son fils Absalon.
      Je vais les voir chez eux une fois par semaine
      Dans leur vieux salon
      Où tout un gratin se démène, se promène
      En large et en long...
      La la la la la.....
      Enfin, je suppose que tu connais la chanson!
      Eh bien moi, je voudrais bien en avoir des relations, comme le bras, ça m'éviterait de vivre seulement comme une rêveuse idéaliste et irraisonnée (Don Quichotte, quoi) et de manger un peu plus à ma faim!
      Mais n'imagine pas que je me plaigne surtout, non, non, c'est pas mon genre.
      Je t'embrasse

      Supprimer
    2. Au moins, le fou chantant avait "La petite Ida"!!
      Bises

      Supprimer
  2. Il va sans dire.
    La chose la plus précieuse est bien l'amour, même si dans le cas de "la petite Ida" il semblerait bien que celle-ci ne soit quand même qu'une relation dite "amourette temporaire".
    Mais les choses ont l'importance qu'on leur donne. Voilà.
    Je t'embrasse, cher Mitch







    RépondreSupprimer